Connexion utilisateur

CAPTCHA
Anti Spam

Un pas vers l'écomobilité

Vous faites des trajets réguliers aux alentours de Bourg-en-Bresse,
vous avez récemment essayé une alternative à l'auto-solo,
vous avez continué, ... ou pas.

Témoignez de votre expérience.
Chaque mois, un témoignage est diffusé dans les médias locaux.
Quelques témoignages seront primés.

 


> Vous avez une idée de témoignage :
contactez-nous (06 87 72 92 14) ou
inscrivez-vous
  

> Plus d'info sur le Prix de l'écomobilité et sur autosBus
 

 -------------------------------------------------- Les témoignages ----------------------------------------------

10/2021 - Une seule voiture : compliqué mais intéressant

En septembre, nous parlions avec Matthias Lemoine qui a choisi le vélo pour aller au travail et promener ses enfants. Au fil de leurs déménagements, sa femme et lui ont utilisé la marche, la trottinette, le train, le RER, le covoiturage, l’autopartage, le vélo, la cariole pour les enfants, le vélo électrique, … et souvent une voiture … mais jamais deux.

"Notre première raison a été financière. C’est clair. Ça fait des économies. C’est aussi un choix écologique, une chose qui nous tient à coeur. Et puis c’est globalement un choix de vie. Réinventer sa mobilité au fil des changements de travail, des naissances et des déménagements, est-ce que ce n’est pas lassant à la longue ? – Ça a pu nous inquiéter, nous sortir de notre zone de confort, mais finalement c’est intéressant."

A écouter sur Radio B et RCF Pays de l'Ain. A lire dans la Voix de l'Ain et sur notre site.

09/2021 - A vélo avec mes jeunes enfants

Depuis trois ans, Matthias Lemoine va au travail avec un vélo électrique loué à La Station, l’agence de mobilité de l’Agglo à Bourg-en-Bresse. Le week-end et le mercredi, il n’hésite pas à emmener ses quatre enfants pour des balades à vélo sur une dizaine de kilomètres.

"J’embarque le petit dernier dans le siège vélo derrière moi et mes trois autres enfants passent devant avec leurs vélos, y compris ma fille de quatre ans. Comme elle vient d’avoir un vélo plus grand, elle va plus vite et se fatigue moins. À côté des voitures, les enfants n’ont pas peur. Quant à moi, je reste près d’eux et je constate que les automobilistes s’écartent et prennent des précautions quand ils voient les enfants, même s’ils roulent potentiellement vite."

A écouter sur Radio B et RCF Pays de l'Ain. A lire dans la Voix de l'Ain et sur notre site.

08/2021 - Une voiture de moins grâce à l'autopartage

En juin, Ludivine Bou, nous disait qu’elle parvenait à covoiturer tous les jours pour aller au travail à Bourg. Est-ce que ça permettrait d’avoir une voiture en moins ? Non car ça coincerait quelques jours par mois. La solution : créer un système d’autopartage villageois

"Ma fille passe le permis aujourd’hui et on s’était dit qu’on pourrait lui donner une des deux voitures mais deux ou trois fois par mois, on a vraiment besoin d’un second véhicule. Que faire ? - Trouver des gens du village disposés à mettre une de leurs voitures en prêt, moyennant indemnisation et garantie en cas d’accident. - C’est vraiment intéressant ce concept. Ce serait génial !"

A écouter sur Radio B et RCF Pays de l'Ain. A lire sur notre site.

07/2021 - Le vélo, ça me plaît mais j’ai un peu peur

Jean Marc Fieschi habite Drom et vient de temps en temps a travail à Bourg à vélo. Il n’a pas peur des douze kilomètres, ni de passer le Col de France. Il a peur des voitures, surtout s’il doit circuler la nuit ou au crépuscule. Évidemment, il n’y a pas de piste cyclable entre Drom et Bourg.

"Je faisais tous mes trajets en voiture mais j’ai changé récemment. C’est le confinement de novembre qui m’a décidé. Ça m’avait passablement agacé de ne pas avoir le droit de sortir. Comme j’avais le droit d’aller au travail à vélo, je me suis dit que ce droit, j’allais le prendre et que ça me ferait faire un peu d’effort physique en plein air. Je sais que ça me plaît. "

A écouter sur Radio B et RCF Pays de l'Ain. A lire sur notre site.

06/2021 - Pas d'argent jeté par les fenêtres : je covoiture

Ludivine Bou habite Rignat et travaille à Bourg. En s’arrangeant avec une collègue de travail et avec deux voisins elle parvient à covoiturer quasiment tous les jours. Comme c’est elle qui sollicite ses amis, elle s’adapte pour les heures et les lieux de rendez-vous.

"J’avais d’abord l’idée de moins polluer mais le confinement m’a fait prendre conscience que c’était économique. On a fait beaucoup moins de déplacements et l’impact sur le budget a été assez important. Quand on voit le prix de l’essence, c’est vraiment jeter de l’argent par les fenêtres que de faire tous ces allers-retours dans des voitures qui partent à vide sur Bourg"

A écouter sur Radio B et RCF Pays de l'Ain. A lire dans la Voix de l'Ain et sur notre site.

05/2021 - Je fais mon sport en allant au travail

Christelle Sochay habite Etrez et travaille à la Crèche de Montrevel. Chaque jour elle fait l’aller ou le retour à pied, l’autre trajet se fait dans la voiture de son mari. C’est une heure d’exercice physique quotidien dont elle ressent le besoin. Le faire en allant au travail, c’est joindre l’utile à l’agréable.

"Au premier confinement je me suis mise à marcher de plus en plus. Ensuite j’ai continué à faire mon sport de tous les jours en allant au travail. J’ai commencé pour me bouger un peu et puis, l’âge avançant, j’ai tendance à avoir un peu d’arthrose et le fait de marcher tous les jours me permet d’avoir moins de douleurs. C’est surtout très sympa le matin quand on voit des écureuils, des lapins, des canards, des poissons …."

A écoutez sur Radio B et RCF Pays de l'Ain. A lire sur notre site.

04/2021 - Six paniers de légumes, une seule voiture

Au moment du premier confinement, quelques habitants de Journans ont réalisé qu’ils allaient chaque semaine acheter individuellement leur panier de légumes à la Ferme Pombio à Montagnat. Ils ont organisé un tour de rôle et depuis un an, une seule voiture ramène tous les paniers chaque semaine. 

"Nous nous sommes organisés facilement et le tour de rôle se fait spontanément. Ce n’est pas une usine à gaz. On se rend compte que la formule est cool, que ça évite plein de déplacements, qu’on gagne du temps. Une maman de trois enfants prend moins souvent son tour mais les autres acheteurs sont très contents de lui rendre service."

A écoutez sur Radio B et RCF Pays de l'Ain. A lire dans le Progrès, la Voix de l'Ain ou sur notre site.

 

03/2021 - Je déteste le vélo, mais ...

À la fin du premier confinement, Rita Monteiro s’est mise au vélo électrique : douze kilomètres aller-retour pour aller au travail par tous les temps. Qu’est-ce qui l’a décidée alors qu’elle n’aimait pas le vélo ? Un groupe d’amis de Saint Denis, la location de vélos de l’Agglo et les indemnités versées par son entreprise.

"Il faut bien savoir que je déteste le vélo et que je n’en faisais jamais. C’est le vélo électrique qui m’a fait changer. J’ai des pistes cyclables de partout et qui sont plutôt agréables à prendre. Sur ma commune, il y a pas mal de gens qui font du vélo. À la fin du confinement, il faisait beau et on s’est entraîné mutuellement. Je suis assez fière de dire que j’en suis à 1700 kilomètres depuis le mois de mai."

Ecoutez ce témoignage sur Radio B et sur RCF Pays de l'Ain, ou lisez-le sur la Voix de l'Ain ou sur notre site.

 

02/2021 - Au boulot avec mon vélo de fonction

Le vélo électrique devient une véritable alternative à la voiture en solo, même pour de longues distances. C’est ainsi qu’Alric Millet parcourt 25 kilomètres pour aller au travail, (presque) tous les jours … avec un vélo de fonction.

"Ce matin, je suis venu au travail au Parcours accrobranche de Saint Etienne du Bois avec mon vélo électrique. J’habite à Aromas, à 25 kilomètres et ça m’a pris une heure. La température était de moins cinq degrés mais le froid ne me gêne pas. Il suffit de s’habiller comme il faut. Le vélo a été acheté par mon employeur. Cet achat correspond aux valeurs de l’entreprise qui s’efforce d’être la plus écoresponsable possible."

Ecoutez ce témoignage sur Radio B et sur RCF Pays de l'Ain, ou lisez-le dans Le Progrès ou sur notre site.

 

01/2021 - J'ai trois voitures pour aller au travail

Covoiturer c'est sympa ... en conduisant son véhicule, c’est plutôt facile ... en montant dans les voitures des autres, c’est nettement plus compliqué, surtout si l’on a de jeunes enfants. Alice Guillot a essayé. C'est faisable.

"Pour aller au travail le matin je prends le train de Simandre à Bourg mais au retour, l’horaire du train est trop tardif et je covoiture pour arriver à l’heure chez la nounou. Une personne me conduit les lundis et vendredi et une autre les mardis et jeudi. Le mercredi, j’utilise ma voiture et il m’arrive de ramener quelqu’un qui habite mon village."

Ecoutez ce témoignage sur Radio B et sur RCF Pays de l'Ain, ou lisez le ici.

 

12/2020 - Le transport à la demande m'a rendu libre

Le transport à la demande, c’est un taxi qui passe à heure fixe si on le réserve et que l'on paie au prix d'un bus urbain. Ce service proposé par la CA3B s'appelle Rubis Plus. Bernard Limon l'a utilisé. Il est emballé.

"J’ai un souci médical qui fait que je ne peux pas conduire pour le moment. C’est une amie qui m’a parlé du transport à la demande. Je me suis dit que ce serait quand même beaucoup plus simple que de toujours chercher quelqu’un pour m’aider.  Aujourd’hui, avec la covid on est à deux dans le taxi. Mais si on était cinq ou dix dans un minibus, ça permettrait d’éviter toute cette consommation d’énergie"

Ecoutez ce témoignage sur Radio B et sur RCF Pays de l'Ain, ou lisez-le sur notre site ou dans la Voix de l'Ain.

 

11/2020 - Je vais en soirée en ville à vélo

Le vélo, c'est un merveilleux loisir, mais c'est aussi un vrai moyen de transport qui peut remplacer la voiture, même si on habite à la campagne et même si on doit rouler la nuit. Maixent Morel a essayé. Il est content.

"Au printemps dernier, au sortir du confinement, j’allais à une soirée à Bourg. Un de mes colocataies m’a proposé de l’accompagner à vélo. J’ai hésité un peu à cause de la distance (11 kilomètres) et du retour vers minuit, ... mais il m’a convaincu. C’était un vrai plaisir de circuler à vélo. Maintenant que l’hiver arrive, il faut un peu plus de motivation pour remonter sur le vélo. Mais quand on est bien couvert, c’est pareil qu’en été."

Ecoutez ce témoignage sur Radio B et sur RCF Pays de l'Ain ou lisez-le ici.