Connexion utilisateur

Liège : Covoit'Stop

Présentation

En fonctionnement depuis fin 2011, ce système dessert une zone périurbaine située dans un rayon de 40 km au sud de Liège. La zone périurbaine comprend 16 communes, toutes de moins de 15 000 h. Les encombrements à l’entrée de Liège sont limités. Les bus desservent les villages avec une fréquence typique de 5 à 9 AR / jour mais nombre de hameaux n’ont que le car scolaire.

L’initiative de l’autostop organisé a été lancée par une commune (Sprimont) et rapidement étendue à un groupe de communes (GREOA) qui coopéraient déjà dans de multiples domaines du développement local. Le système est animé par plusieurs employés du GREOA (un équivalent temps plein) en coopération avec les communes pour l’installation des arrêts, les inscriptions et la promotion.

Au début de 2014, Covoit’stop avait 2500  inscrits, soit 2% de la population de la zone périurbaine concernée. Ce taux dépasse 5 % dans quelques villages et hameaux. Les membres s’inscrivent comme conducteurs (50%), conducteurs et/ou passagers (28%) ou passagers seulement (22%). La majorité des piétons ont moins de 25 ans tandis que la majorité des conducteurs ont entre 45 et 65 ans. Les passagers sont surtout des femmes (environ 60%) et des personnes sans emploi ou en études (environ 60%). Les conducteurs sont essentiellement en âge d’être actifs (25 à 64 ans), pour moitié des hommes et pour moitié des femmes.

D’après une enquête récente, 43% des personnes inscrites comme passagers ont déjà été prises en stop. Cette proportion est également importante (30%) chez les personnes inscrites comme conducteurs/passagers. L’attente aux arrêts a été inférieure à 15 minutes dans la moitié des cas mais supérieure à 30 minutes dans 20% des cas. Un cinquième des conducteurs a déjà pris des passagers, mais plus de la moitié « ne voient personne aux arrêts ». Un test effectué en avril 2014 donne des résultats comparables. Par ailleurs, les administrateurs du système ont recueilli une série de témoignages très positifs de passagers qui sont devenus utilisateurs réguliers du système et qui n’attendent pas plus de 5 à 10 minutes. Les écarts entre ces témoignages et la moyenne des résultats constatés restent à comprendre.

Une réflexion est en cours en vue de développer l’utilisation du système à des fins d’insertion sociale et de tourisme. Par ailleurs la Province de Liège va étendre le système à tout son territoire. Des projets existent aussi pour informer les usagers sur le temps d’attente probable aux arrêts.

Voir le texte complet de notre étude (1,3 Mo) et le site du réseau