Connexion utilisateur

Bruxelles : VAP (Voitures à plusieurs)

Présentation de l'expérience

Lancé en 2009, ce système dessert la province du Brabant wallon, située dans un rayon de 40 km au sud de Bruxelles. La province comprend 27 communes dont la moitié entre 10.000 et 40.000 habitants. Les grands axes sont desservis par un réseau de bus avec une bonne fréquence mais la majorité des quelque 60 villages situés à l'écart des axes sont desservis avec 3 allers-retours par jour ou moins.  Comme Bruxelles est une des villes les plus embouteillées d’Europe et qu’un réel effort est fait par les navetteurs pour prendre le train, l’autostop se pratique beaucoup en direction des gares qui permettent l’accès à la capitale.

L’initiative de l’autostop organisé a été prise par l'association VAP sous forme d’expérience pilote. Elle a progressé grâce à la création d’antennes locales mais le système dépend essentiellement de l’engagement des communes qui créent les arrêts et qui assurent le suivi des inscriptions.

En 2013, les VAP affichaient 2300 inscrits dans 25 des 27 communes de la province, soit 0,6% de la population. Ce taux reste inférieur ou égal à 2% pour toutes les communes sauf une. Les membres s’inscrivent le plus souvent comme conducteurs et passagers à la fois (45%), plutôt que comme conducteurs seulement (37%) ou passager seulement (18%). Selon une enquête réalisée en juillet 2012 six membres sur cent déclarent avoir déjà pratiqué l’autostop avec leur carte VAP. En majorité, ils ont été pris par des conducteurs non inscrits aux VAP. Le système n’avait donc pas encore atteint la taille critique permettant aux passagers d’être assurés d’arriver à bon port. Un espoir d’y parvenir apparaissait à Ittre, une antenne qui a inscrit 380 membres en 2013, soit 6% de la population de la commune.

Voir le texte complet de notre étude (0,2 Mo).

Arrêt et bilan

Après 8 ans de travail, l’équipe des bénévoles qui a initié le projet a cherché à passer la main mi 2015 mais cela ne semble pas avoir réussi à ce jour (début 2017). L'équipe a proposé un bilan de son expérience (0,2 Mo). Parmi les leçons apprises, nous retenons le fait que les efforts ont été éparpillé sur un grand nombre de communes alors qu'il aurait peut-être été préférable de les concentrer sur un petit territoire pour atteindre la taille critique permettant de faire la preuve de l'efficacité du réseau, cette taille étant estimée à 10 % d'inscrits par rapport à la population, ce qui correspond aux conclusions de notre synthèse sur l'autostop organisé (0,9 Mo).